Prix Jeune Mousquetaire du Premier Roman

D’Artagnan, c’est le héros (...) ...Bernard Thomasson, Paris Le 09 Juin 2012

lundi 11 juin 2012

D’Artagnan, c’est le héros de toutes les enfances, j’imagine. Peut-être plus encore celui de gens qui ont décidé de saisir leur plume (du chapeau ?) pour accoucher d’une histoire qu’ils ont inventée en se remémorant les invraisemblables chevauchées du cavalier gascon et ses épiques combats. Alors le "Prix Mousquetaire", pour un premier roman, c’est un tampon incomparable à apposer sur une oeuvre naissante !

D’Artagnan, c’est aussi un nom que l’on ne peut prononcer sans y ajouter les trois autres, ceux de ses compères de cape, ce qui signifie que les Trois (quatre) Mousquetaires formaient une fine équipe qui en a vu de belles ! Ça tombe bien, cette année nous étions quatre, nous aussi.

Et on en a vu, nous aussi, de bien belles... entre les caves d’Armagnac, les vignes et collines alentour, les pupilles de tous ces jeunes qui pétillent d’avenir, leurs émouvantes timidités à parler de nous devant nous (mais avec conviction et enthousiasme à souhait), les discussions épiques avec les uns et les autres, les amitiés dont on sent bien qu’elles sont naturelles et authentiques entre Marciac, Montesquiou et Nogaro, les gorgées de Pellehaut ou de Tariquet qui glissent admirablement le long du gosier, et puis les pages de tous ces livres tournées qui prouvent bien qu’heureusement on aime encore s’évader par la lecture, de nos jours.

Voilà, un séjour trop court, une terre qui appelle un retour, et un petit d’Artagnan qui s’en est retourné vers sa Camargue (le mélange des régions c’est encore ce qu’il y a de mieux). Coup d’épée dans l’eau pour les trois autres ? Non, je ne crois pas. D’abord Alain, que j’ai découvert à cette occasion, est un type formidable, dans son travail au quotidien et son action vers les taulards, une conscience qui a su nous rappeler quelques vérités (chaque fois que je pose mes fesses sur une chaise plastique un peu design, je pense à lui...), et un très bon écrivain. Il méritait amplement de l’emporter. Ensuite parce que tout ce que vous nous avez dit, à Nogaro, les mots d’encouragement, les sourires, la manière dont vous avez aimé nos livres, ne peut que nous inciter à continuer dans cette voie délicate qu’est l’écriture. On repart toujours gonflé à bloc quand on se retrouve parmi des gens comme vous.

Que d’Artagnan continue longtemps à décorer de jeunes mousquetaire avides de conquérir le monde !

Amitiés à tous. Et merci à Eric.
Bernard Thomasson, Paris Le 09 Juin 2012


Accueil | Contact | Plan du site | En résumé | | icone statistiques visites | info visites 29204

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site LIVRE D’OR   ?

Site réalisé avec SPIP 3.1.8 + AHUNTSIC

Creative Commons License